jeudi 27 septembre 2012

Les chroniques de Noella


LES ACHARNEMENTS DU DESTIN 
(6ème Partie)






Vous connaissez ces moments de la vie, surprenants, étonnants  ou vous vous croyez dans votre propre film,  ce genre de moments dans lesquels vous vous dites " C'est quoi tout ca ?, Mon DIEU aidez moi à comprendre cequi se passe , Ce n'est pas possible".Là vous fermez les yeux, vous sentez votre coeur, vos mains, vos veines se glacer, vous essayez de reprendre votre souffle, votre esprit parce que vous savez que vous aurez besoin de force pour affronter "l'inattendu".
Ma mère regardait, sa vue certainement floutée par ses larmes qui ruisselaient déjà sur ses joues, moi je la regardais mais je n'avais pas encore la force de parler, de lui demander cequi se passait, ce qu'elle faisait dans cette pièce, la chambre 521, aux côtés de Karla l'inconnue .
Je respirais, fort, très fort, elle me regardait baissait les yeux légèrement, me regardait encore... Et puis elle fermait ses yeux, secouait la tête. Le scénario devenait insoutenable et surtout inquiétant. J'avais cette boule dans la gorge mais je la resserrai afin de la faire disparaître, et pouvoir parler, mais ma mère m'avait devancé..

_ C'est ca que tu cherches? demandait elle en me montrant l'envellope...

Je ne comprenais pas pourquoi, elle avait gardé cette envellope, j'aurais pu m'énerver tout en sachant que je l'avais cherché comme un malade, et ...

_ Je pense que tu me dois des explications maman, parce que ce n'est pas tes larmes qui vont me faire comprendre ce qui se passe, or il faut que je sache exactement qu'es-ce qui se passe ? d'un ton assez sec ..

_ En fait mon fils, on a beaucoup de choses à se dire ...

_Je m'en doute bien maman..

Alors là sa respiration était rythmée de sanglots, elle n'arrivait pas a parler ...

_Attend je vais aller te chercher un verre d'eau,assieds toi et calme toi , je reviens maman.

Je sortais de la chambre tout pensif, je marchais lentement, il est évident que maman me cache quelque chose de très pesant pour elle. Dans les couloirs, l'infirmière Annia m'interpelle je me retourne, vu qu'elle était de dos..
_Oui , Karl cava ? 
_Oui Annia alors ?
Elle marchait très vite et avait un tas de dossier en mains .
_Comme tu le vois je suis très pressée, mais j'ai un truc à te dire, tu sais la patiente de la chambre 521  (dans ma tête je me disais: quoi encore ?), ce matin je passais dans les chambres et j'ai vu que elle avait des larmes sur les joues...
_Des larmes, as tu bien fait attention elle en quand même dans le coma et le choc qu'elle a eu à la tête lors de son accident de voiture a pratiquement liquéfié son cerveau .. Donc c'est improbable je ne doute pas de tes compétences, on a travaillé ensemble longtemps ...
Elle me coupa la parole brusquement
_ Je sais ce que j'ai vu son visage avait changé d'expression comme si elle faisait une moue et son sourcil gauche est légèrement monté, j'ai vu ses larmes, je les ai même goutés, excuse moi mais j'étais sceptique ..
Ce sont des larme, elle a pleuré Karl ca veut dire qu'elle n'est pas encore à l'étape de la mort encéphallique et je suis sure et certaine qu'elle finira par s'en sortir ...
_ Annia, je l'espère aussi et je pense que nous devrons surveiller ce cas de plus près cette patiente est si mystérieuse..
_ A part ta mère personne n'est venu la voir, ta mère vient tout le temps, depuis que cette patiente est là elle la voit plus que toi, elle l'a même vu avant toi.elle lui parle, lui chuchote des mots tendrement à l'oreille, lui caresse la joue c'est une amie à la famille? Me demandait -elle

J'étais carrément surpris par cette révélation 

_ Oui enfin non Annia, je ne sais pas trop .. je répondais perturbée
_Tu es sure que ca va Karl, depuis quelques temps ... Bref, repose toi je file j'ai un patient en réanimation 

Annia était parti, elle venait de m'apprendre quelquechose de ...  En tout cas, Karla s'en sortira c'est sur mais ma mère, venir la voir, pourquoi ? Enfin ..

J'oublies le verre d'eau , je repars dans la chambre au niveau de la porte je me fais discret, j'entends et je vois ma mère dans l’entrebâillement de la porte qui regarde Karla avec une photo en main, qui lui dis tout doucement  
_Je ne savais pas que le destin me rattraperait, regarde comment tu es devenu, tu n'étais qu'un bout...
Elle tient une photo en main ..

Moi je ne comprends rien , furieux agacé par tous ces scénarios, je rentre je surprends ma ma mère qui, une fois qu'elle se rend compte de ma présence écarquille les yeux, remet la photo dans le sac.

_Maman on ne va pas continuer, dans tous ce labyrinthe mais surtout moi, pourquoi tu m'as pris l'envellope? Pourquoi tu viens voir Karla, pourquoi tu pleures à son chevet? Pourquoi cette photo que tu viens de ranger, Mais maman parle moi !! Tu comptes mentir jusqu'à quand ?
Furieux je prend le sac comme une brute je reprend la photo ...
Je vois un adorable bébé métisse, les yeux bridéset marrons des joues à croquer ...

Ma mère qui se met à mes pieds, éclate en sanglots, me serre les pieds,à genous en larmes, ses pleurs alarmeraient surement d'autres infirmiers, elle pleurait fort, très fort..

_ Pardonne moi, Karl pardonne moi .. Mon amour je t'en prie pardonne à ta mère pour moi ca ne pouvait pas arrivé comme ca, c'est pas possible que tout s'acharne contre moi, pour moi ... Nonn Karl pardonne moi , pardonne moi ..


Noëlla Elloh  


1 commentaire:

  1. ma cherie, j aim bocoup ton blog, sa sensibilse, sa informe e tt j ai bcp aimer ta chronik maii tu m a laisser sr m fain, tu na po fini lhistoir

    RépondreSupprimer