jeudi 16 août 2012

"Le mannequinat n'est pas, en CI, une activité reconnue à sa juste valeur" Emmanuelle Tanoh

Selon le dictionnaire Larousse  le mannequinat désigne le métier de mannequin, expliqué en ces termesDans une maison de couture, personne sur laquelle le couturier essaie ses modèles et qui est chargée de présenter sur elle-même les modèles de collection au public."

La mode en Afrique ne cesse de déployer ses ailes sur le monde entier, mais certainement avec des tares. Nous savons tous le potentiel de nos créateurs et face à la tendance internationale du pagne, des imprimés africains. On reste toujours fiers et admiratifs devant les merveilles de Gilles Touré, Ciss St Moise et bien d'autres.


Si les mannequins sont importants dans le monde de la mode dans la mesure où ils reflètent l'oeuvre du créateur, bien portée une tenue a de la valeur aux yeux du public, du monde, des grands créateurs.  Une chose est sure, l'occident fait rêver beaucoup de jeunes filles intéressées par ce métier : "Gros contrats, bonne rémunération, avenir prometteur".
 Qu'en est -il des mannequins en Côte d'Ivoire?
Est-il facil de décrocher des contrats?
Les valeurs du monde de la mode tombant en désuétude, les parents sont -ils ouverts à ce métier.

Emmanuelle Tanoh tentera de nous éclairer par ses réponses à mes questions que j'espère assez pertinentes..



Noella E: Bonjour Emmanuelle , présente toi 

Je suis Emmanuelle Tanoh, étudiante en DCG et modèle, j'ai 20 ans. J'essai d'allier mes passions que sont la mode, la littérature et l'écriture en écrivant des articles pour un site ivoirien: model225.com

Noella E: Comment définirais tu le mannequinat ?

Je définirai le mannequinat comme l'art de se mettre au service d'un créateur: styliste et/ou photographe pour créer du beau, du joli.
Il représente pour moi un moyen d'affirmer sa culture, ses origines et de montrer le continent noir différemment.


Noella E: D'où vient cette passion pour la mode ?

Depuis toute petite j'ai toujours été passionnée de mode. En grandissant, j'ai bénéficié d'atouts et surtout d'encouragements qui m'ont orienté vers cette voie et m'ont décidés à participer à des castings.
Retenue au premier casting auquel j'ai participé, je me suis dit qu'une nouvelle aventure pouvait commencer pour moi.


Noella E: Quelles sont les défilés , les marques locales, boutiques pour les quelles tu as déjà posé ?



J'ai essentiellement travaillé avec des photographes professionnels et émergents: Paul Sika, Pierre Boulay, Carlalie, Samuel Ouedraogo...J'ai également fait quelques shootings (séances photos) pour des boutiques de prêt à porter, un site féminin: Ayanawebzine.com et participé à certains évènements notamment la fashion night organisé à l'occasion de l'arrivé de Willy Monfret (Mannequin et DJ français) en Cote d'Ivoire.
Etant dans le mannequinat depuis un an, j'espère pouvoir bientôt participer à des évènements qui ont une plus grande couverture médiatique.


Noella E: 
N’es tu pas confronté aux préjugés aux mauvais jugements , nous sommes en Afrique les parents ne sont pas toujours ouverts à cette idée même si ce n’est que du mannequinat ?



Ce n'est pas du tout facile de convaincre des parents de laisser leur fille faire du mannequinat, la priorité étant avant tout les études. J'ai avec mes parents une relation basé sur la confiance qui m'a permis de faire mes premiers pas dans ce milieu malgré les préjugés qui ne sont
d'ailleurs pas faciles à vivre. L'essentiel est de garder à coeur des valeurs et des principes qui te permettent de braver toutes les épreuves.

Noella E:En toute franchise pense tu que les mannequins sont bien rémunérés ?

Le mannequinat n'est pas, en Cote d'Ivoire, une activité reconnue à sa juste valeur. Les mannequins ne sont donc pas rémunérés à la hauteur de leurs efforts et de leur travail.


Noella E:
Comment se passent les castings, les sélections?


Généralement, il faut se présenter devant les recruteurs avec quelques photos, des talons hauts pour éventuellement défiler. Quelques questions te sont posées, des enregistrements sont faits et tu peux devoir mimer des émotions notamment s’il s’agit de castings pour publicités.


Noella E:Est-il facile de décrocher des contrats ?
Il n’est pas facile de décrocher des contrats parce que le mannequinat reste encore un secteur très peu développé et exploité. Il n’y a pas beaucoup d’offres et d’opportunités en Cote d’Ivoire.


Noella E:Peux tu citer des exemples de modèles ivoiriens ayant eu une perçée internationale ?
Quelques rares modèles ivoiriens ont à ce jour réussi à avoir une visibilité internationale. Nous avons Nina Keita qui évolue à New York et qui a plusieurs fois posés pour Vogue aux cotés de grands noms tels que Naomi Campbell et Sara Djadji qui évolue en Europe.

Noella E:Penses avoir de l’avenir dans ce domaine ou te limite tu à une simple passion ?
La priorité pour moi reste les études parce qu’un modèle a aussi besoin d’être bien formé. Ceci n’empêche cependant pas d’envisager un avenir dans le mannequinat.



J'espère que cet article a été enrichissant et mes lecteurs et moi souhaitons à Emmanuelle Tanoh un avenir radieux, une carrière passionnante, que chaque passion devienne une corde de plus à son arc .




2 commentaires:

  1. du courage au bout de l effort la récompense

    RépondreSupprimer
  2. Ton blog est très amusant. Si vous voulez visiter un blog similaire allé dans le site https://thenewsbrainstormer.blogpsot.com . C’est mon blog. S'il vous plaît, pouvez-vous recommander ce site à des amis. Je suis désolée, mais je suis désespéré et je n’ai pas de pages vues. Si vous le faites, merci et vous êtes la personne plus gentille que j’ai connu dans le monde entier. Désolé pour le français un peu incorrect, mais je suis espagnol. Mes autres sites qui peuvent être visités : https://everythingonmemory.blogspot.com , https://ultimatesurvialsguide.blogspot.com et https://travhol.blogspot.com

    RépondreSupprimer